Arkadin France

Les Communications unifiées, une histoire de génération ?

Dans le monde du travail actuel, les digital natives ou la génération Z (nés après 1980) sont, à première vue, les plus à même d’utiliser les communications unifiées contrairement à la génération X pour qui l’usage de ces solutions semble, a priori, bien moins intuitif. C’est du moins ce que l’on imagine. Comment les entreprises peuvent-elles accompagner ce changement auprès de collaborateurs plus âgés et répondre aux exigences de nouvelles générations d’employés qui attendent des technologies différentes et plus évoluées ? Serait-ce véritablement un problème générationnel ?

Il est vrai qu’avec la montée du web 2.0, la prépondérance du big data et du digital de manière générale, les individus de la génération X auraient pu en quelques temps être dépassés par ces nouveautés mais poussés par les plus jeunes générations ils ont dû modifier leurs habitudes, leur organisation du travail… Pourtant, force est de constater que cette génération a connu les plus grands changements technologiques au cours de sa carrière professionnelle (arrivée d’internet, développement du mail, téléphonie mobile, …) et qu’elle a fait preuve d’une grande capacité d’adaptation. Présente sur les réseaux sociaux. Elle maîtrise les codes des réseaux sociaux et des messageries instantanées, diffuse, partage et interagit …

Mais il est indéniable que les salariés, selon leur âge, ont des attentes et des exigences différentes. Les entreprises ont donc mis en place des méthodes de conduite du changement qui conduisent à la création d’environnements multigénérationnels dans toutes les entreprises, quelle que soit leur taille.

Avec le développement du télétravail, du flex-office et du cloud, le travail est de plus en plus virtuel et mobile. En réalité 90% du travail se déroule déjà dans des environnements virtuels et cela va en augmentant et toutes les générations ont su s’adapter.

Force de l’habitude aidant, le lieu de travail privilégié de la génération X reste le bureau avec son espace attitré, même si le télétravail reste une option envisagée de temps à autre car elle offre un meilleur équilibre de vie. La génération X envisage le travail au travers de responsabilités bien définies mais ils sont passionnés par les nouvelles technologies auxquelles ils s’adaptent facilement. Internet fait totalement partie de leur quotidien.

Marquée par les innombrables progrès technologiques, on parle souvent d’une génération « trait d’union », qui ferait le lien entre le monde de l’entreprise productiviste et hiérarchique des années 80 et les années 2000 qui ont vu arriver internet. La génération X est la première qui a vraiment dû réfléchir aux nouveaux modes de management, portée par la rapidité de l’innovation technologique. Elle est à l’origine des modèles d’organisation d’équipe dits « agiles », qui intéressent de plus en plus d’entreprises.

Nés après 1980 et avant 1996, la génération Y est en fait la première génération à être devenue adulte au cours du second millénaire. En 2020, ils représenteront 75% de la population active. Ils sont mobiles et nomades, connectés en permanence. Ils sont toutefois à la recherche de lieux et de modes de travail collaboratifs, le partage est un moteur fort de leur créativité.

Née après 1996, la génération Z est la dernière génération à être née au XXème siècle. Ce sont les premiers vrais Digital Natives, les premiers à n’avoir jamais connu un monde sans internet. On l’appelle aussi la génération C (Communication – Collaboration – Connexion – Créativité). Ils s’inscrivent dans le prolongement de la Génération Y et partagent avec elle beaucoup de valeurs comme la quête de sens, l’importance accordée au partage et à la collaboration au sein de l’entreprise.

Bien qu’il soit de coutume d’associer les nouvelles technologies aux millenials, la réalité est que toutes les générations voient la valeur des outils de collaboration et de mobilité qui leur permettent de travailler n’importe où, n’importe quand et depuis n’importe quel appareil. Un récent rapport de l’Economist Intelligence Unit (EIU) révèle que 60% des employés (toutes générations confondues) estiment que la technologie mobile les rend plus productifs et que, pour 45% d’entre eux, elle les rend plus créatifs. Indépendamment de toute question générationnelle, une nette majorité (53%) s’accorde à dire que cela les aide à trouver un meilleur équilibre. La réalité montre donc que, convaincus par leurs nombreux avantages, les baby-boomers semblent être aussi désireux que les millenials, ou toute autre génération, d’adopter les communications unifiées. La conduite du changement générée par l’adoption des communications unifiées ne doit donc pas être vue au seul prisme des millenials mais plus largement comme une question d’entreprise globale. Elles doivent accompagner le mouvement et adapter leur approche en fonction des attentes et habitudes des collaborateurs toutes générations confondues.

A propos de l'auteur

Armelle a rejoint Arkadin en 2011 comme Directrice des Ressources Humaines EMEA et adjointe du Chief People Officer, pour mettre en place le système d’information RH ainsi que des process et programmes à l’échelle globale. Elle a ensuite pris la tête du Marketing EMEA, en se focalisant sur les lancements de produits phares et sur les activités de générations de leads visant à accroitre le revenu. Diplômée de l'Université de Columbia à New York et de HEC Business School à Paris, Armelle a commencé sa carrière chez Renault dans la fonction Commerciale et Marketing, avant d’occuper des postes dans les Ressources Humaines pour des activités variées comme l'ingénierie, la logistique et l'industrie. Elle a ensuite intégré Schneider Electric avant de rejoindre Arkadin.

Laisser une réponse

Enjoy work, enjoy life, enjoy sharing.